Publi-News

Switch to desktop Register Login


Arnaud Crouzet : « Le protocole nexo a beaucoup évolué au niveau international »

  • mercredi 13 septembre 2017 15:05
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police


Arnaud Crouzet, directeur moyens de paiement, Auchan Retail International, et secrétaire général de nexo, réagit à l’annonce de BNP Paribas et fait le point sur l’évolution de ce standard.

Qu’implique l’initiative de BNP Paribas pour l’évolution de l’acquisition européenne ?

L’annonce de BNP Paribas démontre que l’Europe des paiements est une réalité. Des avancées avaient déjà été réalisées aussi bien du côté des commerçants que des banques sur la mise en place de systèmes européens mais cette annonce est à mon sens une nouvelle étape importante pour le secteur de l’acquisition. Rappelons ainsi que BNP Paribas utilise ici un seul standard, nexo, constitué avec une approche européenne ce qui permet de répondre à l’harmonisation des protocoles de chacun des pays, difficile à réaliser sinon de par les différences en termes de fonctionnalités, notamment. Ainsi, n’oublions pas que l’Europe est encore techniquement fragmentée, avec des protocoles propres à chacun des pays, et que nexo permet de gommer les contrastes et d’adresser ainsi un marché unique. Plus généralement, l’annonce de BNP Paribas constitue un nouveau pas en avant pour le secteur européen des paiements et démontre que le secteur bancaire, tout comme l’industrie dans son ensemble, avancent, et que nexo standards joue un rôle important dans la standardisation et l’interopérabilité des paiements par carte.

C’est-à-dire ? Où en est l’acquisition européenne du côté des banques et des commerçants ?

Beaucoup d’acteurs sont engagés sur ce sujet mais tous ne communiquent pas ! Du côté des commerçants, Auchan est engagé dans ce domaine, tout comme Carrefour qui a créé son propre établissement de paiement, Market Pay, avec un déploiement dans plusieurs pays dont la France, l’Espagne et la Belgique, ou encore Total avec des déploiements en France, Belgique et Allemagne. D’autres acteurs du commerce, notamment en Allemagne et dans les pays nordiques, préparent des initiatives en la matière. Du côté des banques Françaises, BNP Paribas, Crédit Mutuel Arkéa et CIC ont déjà communiqué sur le développement des solutions basées sur nexo, tandis que d’autres entités misent sur des passerelles, à l’image de celle proposée par Stet.

Pensez-vous que la DSP2 et les travaux sur l’instant payment puissent constituer un frein ou un ralentissement à l’évolution de l’acquisition européenne ?

La DSP 2 va apporter un changement profond. La nouvelle réglementation va dans le sens de l’ouverture du marché des paiements à de nouveaux acteurs, ce qui est, du point de vue des commercants, une bonne chose, susceptible de stimuler la concurrence et de favoriser l’émergence de nouveaux types de services pour le consommateur final. Certains y voient en revanche des risques, car la règlementation européenne remet en cause des business modèles en cours. Les RTS sécuritaires constituent également un véritable point d’attention sur le marché, car pour beaucoup d’acteurs, un excès de réglementation pourrait entraver le développement du marché.

Quelles sont les perspectives de nexo en 2018 ?

Le protocole nexo a beaucoup évolué au niveau international. Le standard a ainsi été déployé au Canada, en Afrique ou encore en Asie. La dynamique de ce standard ouvert créé au départ depuis l’Europe prend une réelle dynamique internationale. La nouvelle version de ce standard sera publiée fin 2017 et est très attendue avec pour objectif d’adresser un roll-out encore plus rapide. Le standard nexo se trouve dans une réelle volonté d’anticiper les évolutions des paiements avec un atout certain : une ouverture aux cinq maillons de la chaîne des paiements que sont les commerçants, les industriels, les PSP, les schemes et les processeurs, impliquant une richesse certaine et une optique de co-construction.

Connectez-vous pour commenter

Copyright Publi-News

Top Desktop version