Quelles précautions prendre avant d’aller en rendez-vous gynécologique ?

Se prémunir avant d’aller en rendez-vous gynécologique ?

Les rendez-vous gynécologiques ne sont pas toujours agréables. Il peut arriver que la patiente se retrouve face à certaines surprises auxquelles elle ne s’attendait pas. Par exemple, elle peut être amenée à répondre à des questions très intimes. C’est pour cela qu’il vaut mieux prendre ses précautions. Cet article dévoile quelques précautions à prendre pour que le rendez-vous se déroule en toute sérénité.

Le rendez-vous : seule ou accompagnée ?

Il est généralement conseillé d’aller seule aux premiers rendez-vous gynécologiques. Cependant, ce n’est pas une règle tranchée. S’il n’y a pas une opposition venant du médecin, les patientes qui le jugent nécessaire peuvent être accompagnées. Dans l’un ou l’autre des cas, il n’y a pas d’inquiétude à se faire. À l’instar du Docteur David TISSERANT, la plupart des gynécologues ont dans leur bureau une salle d’attente. Les patientes peuvent donc se faire accompagner de leurs proches, mais ces derniers attendront dans la salle d’attente.

Que se passe-t-il après les examens gynécologiques ?

Après les examens gynécologiques, le Docteur David TISSERANT explique à ses patientes tout ce qu’il a observé. En cas de nécessité, il peut leur demander de faire quelques examens complémentaires. Par exemple, il peut les soumettre à une mammographie via une ordonnance. À l’issue du premier rendez-vous, les patientes du Docteur David TISSERANT obtiennent toujours satisfaction.

S’attendre à faire quelques examens

À l’instar du Docteur David TISSERANT, la plupart des gynécologues soumettent leur patiente à un certain nombre d’examens à la première rencontre. C’est pourquoi il est toujours bien d’être averti à ce sujet. En effet, une partie de leur bureau est constamment destinée aux examens gynécologiques à Nancy. Dans ces pièces, on retrouve généralement plusieurs outils de travail (une toise, un fauteuil où s’installe la patiente, une machine d’échographie, un clavier…). Juste avant les examens, le gynécologue demande aux patientes de se déshabiller. Beaucoup de patientes ont du mal à le faire. C’est pourquoi il faut s’y préparer psychologiquement. C’est après cette étape qu’il passera aux examens en bonne et due forme. Il pourrait être amené à pratiquer divers examens, notamment :
  • la palpation ;
  • le frottis de dépistage ;
  • le toucher vaginal ;
  • l’échographie transvaginale ;
  • l’échographie transvaginale.

Préparer la phase des questions

Quelques minutes des temps d’entretiens sont toujours réservées aux questions. Il faut s’y préparer.

Se préparer à répondre à un certain nombre de questions

Quand il s’agit du premier rendez-vous gynécologique, il faut toujours se préparer à répondre à un certain nombre de questions. En effet, une étude a prouvé qu’en France, la plupart des gynécologues amènent leurs patientes à faire cet exercice. Ainsi, il faut se préparer psychologiquement et émotionnellement à répondre aux questions suivantes :
  • quelle est la durée moyenne des règles ?
  • à quel âge a-t-elle eu les premières règles ?
  • quelle est la fréquence des règles ?
  • à quelle fréquence change-t-elle de protection ?
  • souffre-t-elle de règles douloureuses ?
  • a-t-elle réalisé un vaccin contre le col de l’utérus par le passé ?

Ne pas hésiter à poser de questions

Les meilleurs entretiens gynécologiques sont ceux qui sont interactifs. Une autre des choses à savoir lorsqu’on doit rencontrer un gynécologue est de préparer sa liste de questions. C’est l’idéal à faire pour ne pas s’embrouiller le jour du rendez-vous. Il ne faut pas hésiter à poser toutes les questions pouvant aider le médecin à atteindre son objectif. Il faut faire savoir au gynécologue toutes les inquiétudes, même les plus banales. À l’instar du Docteur David TISSERANT, la plupart des gynécologues sont préparés à cela. Ils répondront à toutes ces questions sans le moindre jugement. C’est aussi pourquoi il ne faudrait pas faire un choix sans une étude préalable approfondie. Il est toujours important de faire de petites enquêtes sur la personnalité et le moral de son gynécologue.

Éviter les rapports sexuels pour ne pas compromettre certains examens

Une autre des précautions à prendre lorsqu’on a un rendez-vous gynécologique en vue est d’éviter les rapports à la veille. En effet, à l’instar du dépistage du frottis, certains examens gynécologiques peuvent mal tourner. En réalité, le frottis permet de détecter le papillomavirus, un virus transmis par voie sexuelle. C’est pourquoi il ne se réalise que sur les patientes qui ont déjà eu une fois des rapports sexuels. À l’approche de cet examen, les gynécologues recommandent généralement d’éviter d’avoir des contacts sexuels 24 à 48 h avant. Toujours dans ce sens sont interdites les fortes douches vaginales et les toilettes intimes approfondies. Il faut se laver comme d’ordinaire.