Les robots autonomes japonais, des acteurs clés pour une population vieillissante

Perspective d’avenir : l’autonomie face au vieillissement démographique


Avec près de 30% de la population japonaise âgée de 65 ans et plus, le pays fait face à un défi majeur : comment assurer certaines tâches dangereuses ou difficiles sans les ressources humaines nécessaires ? Pour répondre à ce problème, les entreprises nippones misent sur les robots autonomes et développent des technologies innovantes pour accompagner cette évolution démographique. Lors du Japan Mobility Show à Tokyo, les acteurs de ce secteur ont présenté leurs dernières avancées.

Attraclab, une start-up au cœur de l’innovation robotique


Tomoyuki Izu, fondateur et PDG d’Attraclab, une jeune pousse spécialisée dans les technologies de mobilité autonome, souligne que le marché des robots sera amené à se diversifier pour s’adapter à une population vieillissante. La start-up a co-développé un petit robot de livraison capable de se faufiler parmi les débris de cartons sur un sol inégal, ainsi qu’une civière autonome montée sur roues ou chenilles pouvant être télécommandée par un opérateur si nécessaire. Bien que ces innovations soient encore en cours de développement, elles offrent un aperçu des solutions qui pourraient bientôt faciliter le travail des personnes âgées.

  • Solutions pour le déplacement : les robots seraient en mesure d’effectuer certaines tâches à la place de travailleurs âgés.

  • Santé et sécurité : avec des dispositifs comme la civière autonome, les personnes âgées bénéficieraient d’un meilleur accès aux soins médicaux.

  • Performances accrues : un robot serait capable de travailler de manière ininterrompue sans être limité par la fatigue ou autres contraintes humaines.


Un secteur en plein essor depuis Fukushima


Depuis la catastrophe nucléaire de 2011, le Japon a également vu émerger une niche spécifique dans le domaine des robots : ceux destinés au nettoyage et à l’évacuation de débris dans des zones difficiles d’accès ou dangereuses, comme les centrales nucléaires. Dans ce contexte, la firme d’ingénierie japonaise Sugino Machine a présenté lors du Japan Mobility Show un bras robotique mobile sur chenilles, conçu dans le cadre de projets de recherche liés au démantèlement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

Les enjeux technologiques pour des robots autonomes performants


Si les technologies développées sont prometteuses, plusieurs années de développement seront encore nécessaires pour qu’elles soient utilisables dans des situations réelles où les conditions changent constamment. Les progrès devront se faire notamment en matière de capacité de numérisation et d’intelligence artificielle pour rendre les robots autonomes véritablement efficaces dans leur mission.

Robotique et solidarité intergénérationnelle


Au-delà des tâches industrielles spécifiques comme le démantèlement de centrales nucléaires ou la livraison, les robots autonomes pourraient réinventer la manière dont les générations interagissent. En effet, ces machines seraient tout à fait capables d’accompagner les personnes âgées dans leur vie quotidienne en effectuant certaines tâches ménagères, en les aidant à se déplacer ou encore en assurant des services de communication avec leurs proches.

  • Aide au domicile : un robot serait capable d’effectuer des tâches courantes comme les courses, le ménage ou la cuisine.

  • Mobilité personnelle : une personne âgée pourrait voir sa mobilité facilitée par l’utilisation d’exosquelettes ou de robots de transport adaptés.

  • Relations sociales : les robots offriraient également un soutien en termes de communication, en permettant aux seniors de rester connectés avec leur famille et leurs amis grâce à des interfaces intuitives et faciles à utiliser.


En somme, si les technologies robotiques autonomes japonaises sont encore en développement, elles montrent déjà un potentiel considérable pour répondre aux défis posés par le vieillissement démographique. Ces innovations pourraient transformer non seulement le monde du travail, mais aussi la prise en charge des personnes âgées et les interactions entre les générations.