La Turquie : destination touristique de l’implant capillaire par excellence

Avoir le complexe du cornflakes ou de la calvitie, c’est pas du tout la même chose. Au pays de la moustache, on se fait une fierté d’être le pionnier de la greffe de cheveux pour les Européens.

Un marché en pleine explosion que se félicite de mettre en place les professionnels locaux.

Le pays du Bosphore et sa capitale économique Istanbul sont un pont entre l’Orient et l’Occident où la qualité de service est très stricte. La Turquie dispose de cliniques à la pointe dans ce domaine dont la rigueur et le professionnalisme ne sont plus à prouver.
C’est donc après un vrai diagnostic que les cliniques locales pourront vous proposer une greffe sous la méthode DHI, la plus sûre et sécurisée qui soit à l’heure actuelle.

Une greffe de cheveux possibles pour chaque genre

La Turquie ne fait pas de différence entre les sexes et exercent autant pour l’homme que pour la femme. Ces prestations que nous pourrions qualifier de tourisme capillaire s’appliquent donc à tout le monde. La politique de prix attractif proposer par les établissements turcs s’expliquent par la politique volontariste de l’État qui a poussé ce modèle pour faire briller la clientèle.
Pour l’heure, la Turquie est la première destination des européens pour recourir à la greffe de cheveux et se positionne à la 5e place au niveau mondial. Généralement, les opérations d’implants capillaires sont un succès. Ceci résulte de la nature même du greffon retiré à l’arrière du crâne et dont la repousse s’explique par la similarité du code génétique.
En revanche, les résultats de repousse attendu s’exécutent au bout de 9 mois. Il faudra donc attendre 3 semestres et continuer à prendre son mal en patience.

Le succès de la technique DHI dans l’implantation des cheveux

Cette nouvelle méthode de greffe réalisée à partir d’un stylo chirurgical est une réussite locale qui donne un renouveau dans la façon de transplanter le cheveu. L’ancienne méthode de boucher très répandue dans le monde consister à prélever au scalpel une partie du cuir chevelu pour réimplanter les racines sur la zone à greffer. Cette technique laissée souvent des cicatrices apparentes qui n’étaient pas du tout esthétique.
La nouvelle méthode DHI consiste donc à prélever les follicules pileux d’une zone donneuse pour les implanter au cœur de la zone dégarnie. Ici, l’opération se réalise à partir d’un stylo receveur et planteur qui permet selon un angle précis de réintroduire du follicule sur la zone touchée par l’alopécie ou la calvitie.
Vous avez déjà pu vous rendre compte au cœur de reportage l’ampleur de l’opération, où le chirurgien dessine au marqueur les zones à implanter. Tout ce processus que vous pourriez analyser au cœur de sites spécialisées donnent un excellent rendu en retrouvant du cheveu en abondance au bout de quelques mois.

Un business en plein devenir pour le renouveau capillaire

Tout le succès de ce business dont les cliniques turques ont la maîtrise s’explique par la quasi-totalité du taux de réussite des opérations chirurgicales alimenté par l’absence de cicatrice grâce à la méthode DHI.
Le rendu naturel est tel qu’il permet de retrouver la virilité pour les hommes et de la féminité pour les femmes. Signe de beauté, la repousse des cheveux est un critère sentimental fort ainsi qu’un besoin pour paraître toujours beau ou séducteur.
La calvitie héréditaire ou pour cause de santé s’observent désormais très tôt chez les individus. En ciblant un besoin notable, les cliniques turques ont pu mesurer la détresse des individus en Occident. En apportant une solution fiable, elle détruise aussi les mythes des produits miracles. Ce qui poussent beaucoup d’Européens à passer à l’action.
L’offre touristique, la possibilité d’avoir un suivi médical, la fiabilité des établissements de santé ainsi que le montant de la prestation sont des critères opportuns pour se lancer dans une greffe de cheveux en Turquie.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.